Jour du souvenir

Le 11 novembre 1918, l’armistice était signé dans un wagon arrêté en forêt de Compiègne. Cet accord mettait fin à la première et sanglante guerre mondiale qui fit plus de 18 millions de morts.
Ce vendredi, une quarantaine de personnes ont accompagné nos anciens combattants pour déposer une gerbe au pied du monument aux morts de notre village. Là, le « Souvenir Français » a réaffirmé l’importance de cette commémoration par la voix de sa vice-présidente fraichement élue, Anabelle ALVES.

Espérons que sa venue insufflera un vent nouveau pour que jamais ne se perdent dans l’oubli l’effort et le sacrifice que beaucoup de nos compatriotes ont faits pour nous.

Espérons aussi que ce jour de mémoire s’inscrira encore longtemps comme un gage de paix et de fraternité entre les peuples.

Origine de la sonnerie aux morts, entendue dans les cérémonies de commémoration.

3 Avis sur “Jour du souvenir”

  1. un villageois consterné

    La cérémonie a été en tout point semblable à l’image de St Génis et m’a rappelé curieusement l’essai de l’éclairage du linteau la nuit, sous une pluie fine, Un fiasco !
    Une sono défectueuse, donc des paroles inaudibles, Merci pour nos morts qui ont bien dû rire, Ils n’en ont pas souvent l’occasion, Notons qu’un peu partout des enfants participent à cette cérémonie (voir le journal l’Indépendant), Le véhicule sonorisé aurait pu permettre de pallier cette défectuosité,
    Décidément not’bon maire n’est pas bon à rien, il est mauvais en tout,

    1. Totor

      Et pendant ce temps, au marché, se déroulait la plus pitoyable des bouffonneries, où le gentil « médor » de la famille Regond Planas faisait à nouveau des siennes. Tous les habitués ont aujourd’hui pris l’habitude de le voir trainer impunément ses papattes dans tous les coins et recoins pour y faire ses besoins malgré les incessants rappels à l’ordre lancés à sa maitresse de première adjointe par notre agent municipal. Rappels toujours laissés sans suite, car la « Loi de Saint Génis » instaurée par notre désormais célèbre couple « maire-1er adjointe » ne s’applique bien entendu qu’aux petits citoyens que nous sommes et pas à ces autocrates chargés de douteuses suspicions qui tirent depuis des années notre village vers le bas. Habituellement, cela s’en serait tenu là, mais c’était sans compter sur l’exaspération de la petite famille qui s’est présentée, fiston en tête, afin de bien faire comprendre à notre unique agent, que ça commençait à « bien faire ». Ils ne doutent de rien ! Non seulement ils ne respectent pas les lois que nous devons respecter, mais de plus, ils montent sur leurs grands chevaux quand on leur signifie leurs obligations. Il est grand temps que cela change. Il est grand temps que la loi soit appliquée par tous.
      Félicitations à notre agent municipal qui ne s’est pas démonté en leur rappelant le montant de l’amende et le prix de la fourrière.
      Et n’oubliez pas, si vous trouvez un chien errant sur la voie publique, attachez-le si cela est possible puis appelez les services compétents.

      1. Robin Hood

        La polémique est inutile, vous attrapez le chien ,vous appelez la fourrière, point barre.
        Quand elle aura payé plusieurs fois l’amende elle fera en sorte que son chien se promène tranquillement tenu en laisse par son maitre.
        Certain dans la commune ont du allez un grand nombre de fois récupérer leur chien qui s’était sauvé, à la fourrière, ici il ne s’échappe même plus, il est laissé à l’abandon.
        Le fils de la première adjointe a eu un mouvement d’humeur contre l’autorité, comme beaucoup de jeune, si il n’y avait que cela comme problème sur le village .
        Le maire donne l’exemple avec ses réflexions plus ou moins graveleuses sur les personnes qui s’opposent à sa politique.
        Quand vous en aurez assez de toute cette fange nauséabonde, vous vous déciderez peut être a faire comme moi en votant contre la bande zepol et compagnie.RDV aux prochaines élections.
        Robin Hood

Comments are closed.