Inondations, des risques à Saint Génis de Fontaines ?

Alerte orange, rouge, épisode méditerranée, épisode cévenol… De curieux termes devenus pourtant aujourd’hui courant en faisant couler beaucoup d’encre quant à leur recrudescence soudaine et en laissant surtout derrière eux des dégâts colossaux, des familles abattues et de profondes cicatrices territoriales.

Débordement direct d’un cours d’eau suite à de fortes précipitations, remontée des nappes phréatiques ou accumulation des eaux de ruissellement, ces phénomènes au demeurant réguliers peuvent se produire lentement, mais parfois très rapidement. Quand ils se produisent dans des zones d’activités humaines, on parle de zones à risque.
Le bilan humain et économique d’une inondation dépend donc à la fois des causes naturelles et de l’implantation humaine dans les secteurs à risques. Dans le premier cas, nous n’y pouvons malheureusement pas grand chose si ce n’est de revoir peut-être l’ensemble de l’économie humaine et son impact sur le climat qui à son tour joue un rôle prédominant dans ces phénomènes. Mais quand est il des conséquences direct de l’activité humaine et de son implantation (voirie, urbanisme…) ? Il est indéniable que dans toutes les études réalisées sur ces catastrophes naturelles, ces thèmes, liés à l’activité humaine, sont mis en cause. 
Murs de clôture, terrains inondables urbanisés malgré la législation en vigueur, non-respect des études de terrain, des conseils de spécialiste… La liste est longue. Alors quand un élu quel qu’il soit prend une décision allant à l’encontre du bon sens et de l’expérience acquise, il ne faut peut-être pas s’étonner en avançant des “Ce n’est plus comme avant”. Car si les choses s’aggravent et que ces catastrophes se font de plus en plus nombreuses, ce n’est peut-être moins dû au fait qu’il pleut plus qu’avant, que le climat est plus rude, qu’au manque de volonté des collectivité et des élus de construire durablement en se prémunissant des catastrophe. La volonté et l’appât du gain sont bien souvent la première cause de ces tristes événements. 

4 morts et un disparu est le bilan pour les dernières inondations du Var. Alors avant de nous y habituer, ne devrions-nous pas interroger et interpeller un peu plus clairement nos élus sur leurs intentions ? 

Saint-Genis des fontaines ne déroge pas à la règle, car sur le projet de PLU conduit pas notre première adjointe, des terrains inondables, remblayés contrairement à la législation en vigueur, deviennent miraculeusement constructibles ! 
Que compte-t-elle faire ? Ces terrains appartiennant à notre maire donne-t-il un passe-droit afin de déroger à la règle écrite, comme à celle du bon sens ?

2 Avis sur “Inondations, des risques à Saint Génis de Fontaines ?”

  1. rosy

    Il y a le propriétaire du terrain non constructible ( remblayé ou pas) et le décideur qui accorde la construction sur le terrain devenu entre temps “à bâtir”. Responsabilité partagée ?

  2. Francine

    Je ne souhaite pas de catastrophe mais dans le cas contraire qui sera responsable. Celui qui vends le terrain non conforme puisque remblayé ou le Maire en exercice ?
    C est la question que je me pose.

Comments are closed.