Protection des usagers de deux-roues

Les usagers de deux-roues à moteur sont les plus exposés au risque d’accident corporel: ils représentent environ 2% de la circulation routière et près du quart des usagers tués (chiffres 2012). Pour dix usagers de deux-roues motorisés tués, 17 autres sont blessés très gravement

(source: Observatoire national interministériel de la sécurité routière).

Utiliser un deux-roues motorisé en portant gants, blouson, pantalon et chaussures adaptées… même l’été !

Une chute ou une glissade à deux-roues à moteur, même à faible vitesse, est rarement anodine: abrasions, brûlures,fractures, lésions articulaires. Le port d’un équipement adapté fait la différence. Sur dix conducteurs, sept ont au moins chuté une fois et près de la moitié d’entre eux ont été blessés !

  • 57% des blessés sont victimes de chocs à la tête.
  • 50% des traumatismes sont des blessures aux bras.
  • 29% des blessés graves sont victimes de lésions orthopédiques.

Une étude menée en 2013 par Gema Prévention démontre que les conducteurs de deux et trois roues et encore plus les usagers de scooters, négligent trop souvent le port de vêtements spécifiques. Le déficit d’équipement est encore plus important pour les passagers…surtout l’été. Durant cette période, un usager sur dix néglige le port du casque, pourtant obligatoire.

A savoir

Depuis janvier 2016, tous les conducteurs de deux-roues ou trois-roues motorisés ont l’obligation d’avoir à portée de main un “gilet de haute visibilité” disposant d’un marquage CE.

En cas d’arrêt d’urgence, le motard doit revêtir ce gilet qui lui permettra d’être mieux vu des autres usagers de la route. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 11 euros en cas d’absence du gilet à bord et de 135 euros s’ils ne le portent pas à la suite d’un arrêt d’urgence.

Quelques chiffres:

Alors qu’un équipement complet et adapté à la pratique du deux-roues à moteur est indispensable, seuls 47% des usagers utilisent un blouson spécialement conçu. Près d’un tiers ne porte pas de gants, la moitié ne porte pas de chaussures montantes ou renforcées, et 75% ne portent pas de pantalon adapté. Les taux d’équipement sont encore plus bas pour les trajets courts et pour les usagers de scooters. Quant aux passagers, ils sont moins protégés que les conducteurs, puisque seuls 68% portent un casque intégral, 44% un blouson, 47% un pantalon et 36% des gants.

La période estivale est propice aux pratiques à risque: 57% des usagers roulent en T-shirt, 47% ont les jambes découvertes et 31% portent des chaussures ouvertes (étude Opinion Way 2013 pour Gema Prévention et Assureurs Prévention).

En deux-roues, le risque est indissociable de la pratique, quelle que soit la période, la durée du trajet, l’engin et la cylindrée : il vous faut donc compter avec les éléments de sécurité pour établir votre budget si vous envisagez cet achat. Prenez le temps de choisir, puis portez en toutes circonstances de façon correcte les équipements… Votre vie vaut mieux que votre look !

 

 

A suivre : Caractéristiques des équipements.

5 Avis sur “Protection des usagers de deux-roues”

  1. autre vision

    Amusant vos commentaires ! Sans rien savoir vous affirmez : je suis un homme, je me contente du permis voiture, etc. Si vous regrettez de ne pas avoir enfourché une moto, c’est votre problème. Celui qui existe pour tous est que trop de motards prennent la route pour une piste de circuit, ce qui fait trop d’accidents. A chacun son plaisir.

  2. Coeur de biker

    Puissance, autre vision?Je pense que vous exprimer en tant que représentant du sexe masculin? Chez les motards comme chez les automobilistes les femmes,là, aussi, ont pris le pouvoir.Vous oubliez tous ces clubs de motards qui font des circuits touristiques plus proche par leur vitesse du tour de France que du Bol d’Or.
    Il y a des abrutis partout, mais le développement de l’utilisation du deux roues en France prouve bien que la clientèle a évolué; Monter sur une moto et enchainer les lacets d’une petite route de montagne ça c’est un plaisir. Quand à la route trop étroite, entre la Fontaine et le croisement du supermarché de Laroques, les voitures se croisent sans soucis. Il n’y a donc aucune difficulté à doubler un scooter. Avez vous passé votre permis moto? Ou avez vous simplement comme beaucoup été obligé de vous contenter du permis voiture? J’ai remarqué qu’avec l’âge certains regrettaient de ne pas être devenu motard? Pour mon compte après avoir pratiqué en compagnie de plusieurs champions le quad sur circuit privé j’avoue regretté de ne pas avoir passé mon permis moto.
    Coeur de Biker

  3. autre vision

    Désolé, mais je ne me risquerai pas à doubler un scooter sur le route entre ces villages, et pour cause : trop étroite à mon goût, J’ai déjà des difficultés à doubler un vélo en se tenant à la distance réglementaire. Autre détail, j’ai très bonne vue. S’il est dangereux de maîtriser une moto, que l’on accorde moins de permis, ou que l’on bride les moteurs. Encore désolé, mais avoir une moto, cela donne envie de donner un petit coup de poignée, de sentir que cela vrombit, que cela sent la puissance, sinon, à quoi bon. Les motards plus responsables ?? J’en doute !

  4. Coeur de biker

    Autre vision, vous avez besoin de lunettes! Moi c’est presque tous les jours que je double des scooters juste entre la route qui va de Saint Genis à Saint André, de Saint Genis au Boulou. Sur l’autoroute effectivement je n’ai pas souvenir dernièrement d’avoir dépassé une moto, mais c’est aussi parce que je respecte scrupuleusement le 130, ce qui n’est pas le cas de beaucoup d’automobiliste. Oui pour intervenir pour le bruit et contre certains , mais comme j’aimerai que vous ayez la même démarche avec les automobilistes qui à 3 heures du matin font exploser le compteur de notre radar municipal
    Contenir une machine qui repose sur quelques centimètres de caoutchouc, qui est par nature instable, n’est pas à la porté de tous.Les motards sont souvent bien plus responsables que les automobilistes et pour cause ,ils sont bien plus en danger qu’eux.
    Coeur de biker

  5. autre vision

    Il est vrai que sur un deux roues le danger est constant. Soit, mais je n’ai pas souvenir d’avoir doublé une moto ni sur route ni sur autoroute depuis la nuit des temps. La moto cela est fait pour aller vite, et ceux qui s”en servent croient trop souvent qu’ils sont sur un circuit. Ne parlons pas des jeunes sur motocyclette, même si elles sont carénées comme des motos. Échappement libre, bruit, comme si en faire donnait des ailes. Education absente : la faute aux parents !

Comments are closed.