Projet pharaonique, moteur économique ou lubie d’une nouvelle maire ?

Nous avons reçu très récemment un tract de L ‘Association pour la Défense de la Ruralité, de l’Environnement et du Patrimoine de Saint-Genis des Fontaines.  (ADREP)
Il nous informait d’un projet que nous aurions pu croire enterré avec la crise sanitaire et les restrictions budgétaires qui ont suivi. 

S’il est légitime de croire que plusieurs cours de tennis couverts, en terre battue reste pour notre petit village un projet surdimensionné, les porteurs enthousiastes de ce projet nous assurent avec la nouvelle maire que nous aurons là un lieu unique sur le département, moteur économique du village, avec l’organisation de compétitions nationales handisport notamment. 
Notre enthousiasme est beaucoup plus modéré, en imaginant le fiasco que cela pourrait être si le résultat n’était pas au rendez-vous. Nous aurions alors dépensé le contenu de notre bas de laine pour un ouvrage d’une telle dimension. Où en sont les beaux projets d’embellissement des rues, leur mise en sécurité, la propreté ? Pouvons-nous considérer que le rapiècement au goudron de la petite place de la république est le résultat de belles paroles concernant la mise en valeur de notre patrimoine ?

Quoi que l’on puisse entendre, le coût de l’entretien d’une telle structure ne pourra bien évidemment pas être attribué longtemps à notre modeste mais fort sympathique club Saint-Genisien. Nous aurons alors deux choix : celui de laisser à l’abandon une si belle promesse ou inclure son entretien au budget de la commune. Je vous laisse imaginer la joie des administrés. Une autre interrogation est que sachant la quantité journalière d’eau nécessaire pour lisser et entretenir les cours, est ce bien écologique ? Comment peut-on encore imaginer une dépense importante d’eau, pour un loisir alors que le manque se fait déjà ressentir sur l’ensemble du bassin méditerranéen ? N’est ce pas paradoxal avec le programme de celle qui laisse pousser les herbes folles et qui plonge dans le noir notre commune des onze heures du soir. 
Qui a raison ? Qui à tort ? Il nous semble que la réflexion sur un projet de cette envergure aurait pu au moins être discuté avec la population ou du moins avec l’ADREP. N’aurait ce pas été un beau geste démocratique ? Tout cela nous laisse un petit sentiment de déjà vu. Surtout quand lors du dernier Conseil municipal, notre Maire s’est emportée aux questions sur ces tennis couverts un peu trop précises de quelques élus. 
Que ne faut il pas faire pour un service rendu ? Construire un temple en l’honneur du Dieu Tennis pour le plaisir d’une poignée de personnes ? Espérons que les vraies questions de bien-être, de sécurité, de propreté et de circulation qui intéressent tous les villageois reviennent vite à l’honneur. 

Tract-projet-tennistique-juin-2022

One Thought to “Projet pharaonique, moteur économique ou lubie d’une nouvelle maire ?”

  1. Valero

    Chassez le naturel, il revient au galop. La vision politique de nos élus est très égocentrique malheureusement. Et le mecontentement se fait ensuite ressentir aux législatives. Cela reste l’apanage de notre département.

Comments are closed.